Dans cet article de Radio-Canada, plusieurs groupes environnementaux dénoncent le laxisme du nouveau règlement sur les milieux humides.

« Des spécialistes du domaine estiment que le sud du Québec a déjà détruit de 40% à 80 % de ses milieux humides, ce qui engendre à chaque années des inondations majeures. Pour permettre que l’Abitibi rattrape enfin ce taux de destruction, le ministre Charette vient, avec la modernisation de la loi de l’environnement, d’octroyer un taux à rabais aux exploitants de l’Abitibi.

On doit rappeler que ces milieux sont ceux qui, entre autre, accumulent le plus de gaz à effet de serre, contrôlent l’érosion des sols et les inondations, purifient l’eau et sont les plus productifs en matière de biodiversité. Vite, vite, détruisons tout, afin de diminuer le nombre d’espèces menacées. » Henri Jacob, président de l’Action boréale.