«Depuis plusieurs années, on constate que notre forêt disparaît progressivement. Pour nous, ce ne sont pas seulement des arbres qui nous quittent, mais une partie de nous.» Charles Coocoo.

Pour lire la lettre ouverte de Charles Coocoo publiée dans La Presse cliquez ici